Le suffrage s’est démocratisé au fil du temps, permettant aux citoyens de contrôler de plus en plus précisément la régularité du vote : ce n’est que depuis 1991 que les urnes sont transparentes en France.

L’arrivée des ordinateurs de vote "rend opaque ce qui était visible", selon la formule du Conseil constitutionnel.

Les votes par ordinateur sont entachés de risques : pannes, bugs, piratages, fraudes indétectables.

Contrairement aux votes par bulletin papier, dépouillés publiquement, personne ne peut affirmer que les résultats issus des machines correspondent réellement aux votes effectués.

Le vote électronique, imposé sans aucun débat, ni parlementaire ni avec la population, exclut les citoyens du contrôle des urnes.

Ce livre souligne, en le remettant dans son contexte historique et international, que le vote électronique n’est pas l’amélioration démocratique qu’ont vendue des docteurs Folamour de l’administration et des marchands de machines de vote.

Les auteurs contribuent ainsi au débat dont ont été privés les citoyens de France.

Thierry Noisette et Perline, journalistes, sont également les auteurs de La bataille du logiciel libre (éd. La Découverte).

Ce communiqué de presse est téléchargeable sur le site du livre